Les plus beaux violons


"La Musique donne une âme à l'univers, des ailes à l'esprit, l'envol à l'imagination et la vie à tout"
Platon


Il serait long et fastueux de vous faire un exposé complet sur les plus beaux violons du monde.
Pour certains, il y a une petite histoire, pour d'autres, ils ont leur histoire et la garde secrète !
On sait à qui ils ont appartenu, qui les a fait chanter, pour la pluspart, on sait qui en sont les heureux possesseurs,
mais, par discrétion, les noms sont tus.
Chaque violon a un nom, soit donné par le luthier, soit par son propriétaire.

C'est Nicolo Amati,
seul luthier rescapé de la peste et de la famine qui sévirent entre 1623-1633 à Crémone,
qui a formé Andrea Guarneri et Antonio Stadivari,
sans lui, les merveilles ci-dessous n'auraient pas vu le jour

Andrea AMATI
1511-1580
 

Girolamo AMATI
1561-1630

Antonio AMATI
1538-1595

 

Nicolo AMATI
1596-1630

 

Andrea GUARNERI
1626-1698

Girolamo AMATI
1649-1740

Antonio STRADIVARI
1644-1737

Pietro GUARNERI
"de Montua"
1655-1720

Giuseppe GUARNERI
"fils d'Andreas"
1666-1739

 

F. STRADIVARI
1671-1743

O. STRADIVARI
1679-1742

 

Pietro GUARNERI
"de Venise"
1695-1762

Guiseppe GUARNERI
"del Gesu"
1698-1744

   

Le surnom "del Gesù" vient de la présence d'une croix et des initiales "I.H.S" sur les étiquettes imprimées de ses violons.

Ces initiales peuvent être l'abréviation de"Jésus" en grec, ou un acronyme "Iesus Hominum Salvator" (Jésus le sauveur des hommes).
Indépendamment de son origine, IHS était un logo généralement utilisé par les Jésuites et
les famillies résidants du 18ème siècle à Crémone. L'utilisation par Giuseppe de ce dispositif sur ses étiquettes
a mené des générations à la supposition qu'il était un homme d'une piété exceptionnelle, de là la désignation "del Gesù" (de Jésus)
ajoutée à son nom. Aujourd'hui beaucoup pensent que Giuseppe a adopté ce "IHS" plus comme marque
distinctive par rapport aux fabrications des ses parents plutôt que comme une expression religieuse.

Mais la chose la plus simple est de vous les montrer !


Le "Brookings" - Le "Betts"" - Le "Kreisler"
Amati 1654 - Stradivari 1704 - Guarneri 1733

 

Les "Amati"


Andrea Amati - 1570


Antonio & Girolamo Amati  - 1613


Les "Guarneri"


Andrea Guarneri - 1664


Violon Tenor

Pietro Guarneri - 1698

        détail
Pietro Guarneri est le fils d'Andrea Guarneri et l'oncle de del Gesù.
Il a été formé dans l'atelier de son père avec son frère Guiseppe dit "Filius Andreas"
Il quite Crémone pour Montua et y fait carrière comme violoniste, néanmoins doué comme luthier,
il a fabriqué une cinquantaine d'instruments.



Le "King Joseph" - 1737


Le "King Joseph"est un des meilleurs violons de Guarneri del Gesù. Le dos a été coupé dans un beau bloc de bois.
Guarneri a fait plusieurs instruments du même morceau de bois. Le violon a commencé sa vie en Italie,
puis est allé en Angleterre et est le premier Guarnerius à arriver en Amérique.



Le "Kochanski" - 1741

Le Kochanski a un vernis d'un magnifique rouge profond et est dans un parfait état de conservation.
La veuve de Mr Kochinsky a longtemps gardé ce violon muet, jusqu'en 1958 où elle le cède à Mr Rosand qui l'a continuellement utilisé.
On considère le "Kochanski" comme l'un des meilleurs instruments de del Gesù.  L'érable du dos est une image inversée du "Ysaye"
construit l'année précédente. Le bois du sommet est coupé dans le même rondin que celui du "Vieuxtemps".
Le ton du "Konchinsky est admirable et bien connu des salles de concert et par les enregistrements
de Mr Rosand durant plus de quarante ans.
Il n'a jamais été restauré !

  "Il Canonne" - 1742

Il fut la propriété du célèbre virtuose Niccolò Paganini.  Mais il le trouvait trop puissant,
trop difficile à maîtriser. Cet instrument est actuellement la propriété de la ville de
Gênes qui organise le célèbre concours Paganini.
Le lauréat du Premier Prix a l'immense privilège de pouvoir utiliser cet instrument.

Le "Lord Wilton" - 1742

Il fut la propriété de Lord Menuhin  en même temps que le "Soil" de Stradivari.
Il n'est pas rare qu'un même propriétaire possède en même temps deux violons des Maîtres de Crémone.

 



Le "Sauret" 1740 ou 1744


Le "Sauret" est une pièce exeptionnelle par la beauté de son dos où les piéces sont jointes "aux flammes"
ascendantes des bords vers le centre.
Il porte le nom d'Emile Sauret qui disait le préférer à son Stradivarius de 1684.
L'incertitude de sa date de fabrication réside dans le fait que certains le cataloguent en 1740, d'autres en 1744.
Itzhak Perlman acquit ce violon en 1986, il possédait aussi, en même temps le "Soil" de Stradivari.

 

    

Les "Stradivari"


Le "Baumgartner"  -  1689



Le "Harrison" - 1693



Le "Lever du   Soleil " - 1677

Premier violon ornementé de Stradivari

Le "Marylebone" - 1688

Copie                 Détail

Un des rares instruments ornementé de Stradivari



Le "Comtesse Fontana" - 1702

Cet instrument fut pendant de très longues années la propriété d'une riche Princesse Italienne.
Un collectionneur (italien lui aussi) le lui acheta, et ce sont les descendants de ce dernier qui cédèrent
l'instrument à David Fiodorovich Oistrakh. Actuellement, le Fontana est entre les mains d'une violoniste.




Le "Lyall" - 1702



Le "Marsick" - 1705
Porte le nom du grand violoniste belge,
né en 1847 près de Liège et mort à Paris en 1924


   
Le"Marsick" et le "Fontana" ensemble lorsqu'ils étaient les compagnons
de David Oistrakh.




Le " La Pucelle" - 1709

          détail
Ce bel instrument est aussi connu sous le nom "La Vierge" ou "La Jeune Fille". 
Il serait le premier de ce qu'on a appelé "La période d'or" des violons.
Il est presque dans son état d'origine, pas de pièce d'âme, aucune fente et presque tout son vernis original.
Tous ceux qui ont eu la chance de voir cet instrument ont été frappés par sa grâce et sa beauté,
de plus le ramage se rapporte au plumage, il a un son d'une pureté exeptionnelle.
Les experts le considèrent comme faisant partie de la demi-douzaine des meilleurs Stradivarius.

 

Le "Soil" - 1714


C'est à la suite d'un concert que Mr Perlman a acquis ce violon en 1986, il se rappelle :
" J'ai été transpercé par ce violon avant même que la première note ne soit jouée.
Ensuite, les feux de la scène ont illuminé le dos de l'instrument.
Le rouge brillant du vernis et de l'érable se sont reflétés jusqu'où nous étions assis.
En entendant les premières notes, l'image était complète".
En 1950 il était la possession de Yehudi Menuhin.
Beaucoup considère le"Sol" comme un des plus grands Stradivarius, en tous cas un des plus beaux.
Stradivari a choisi les meilleurs matériaux et joint les pièces arrières "aux flammes"
descendant des bords vers le centre.



Le "Général Kyd" - 1714

Le "Général Kyd" a également été la propriété de Itzak Perlman, il a ensuite été prêté à Nadja Salerno,
qui n'a pas su l'acheter lors de la séparation de ses propriètaires.
Il est alors passé dans les mains du violoniste italien Uto Ughi qui l'a possédé pendant deux ou trois ans.
On peut entendre son son puissant, argenté et voluptueux sur beaucoup d'enregistrement de ce dernier



Le "Berthier" - 1715



Le "Cremonese" - 1715


Ce magnifique violon est la propriété du Comité Provincial du tourisme de Crémone depuis 1961.



Le "Messie" - 1716


L'instrument favori de Stradivari, il ne s'en est jamais séparé , il a été aussi été appelé "Salabue".
Luigi Tarisio, un collectionneur célèbre l'a acheté et tenu caché du monde jusqu'à sa mort.
Quand on a su que cet instrument était caché, on a douté de son existence.
Un jour Delphin Alard a dit qu'à son avis cet instrument  ressemblait au Messie, tout le monde en a entendu parler,
mais personne ne l'a jamais vu. La remarque d'Alard a donné son nom à l'instrument.
Plus tard ce violon a été aquis par Vuillaume, qui l'a conservé jusqu'à sa mort, il passa ensuite à son gendre.
 Il a été présenté au Musée Ashmolean Oxford, où une pièce spéciale lui avait été préparée.

Le "Belle au Bois Dormant" - 1720

Cet instrument semble être non de 1720, mais de 1704 en raison de la similitude avec le "Betts".
Il a été acheté par une noble famille allemande, les von Boeselager, qui semble l'avoir très vite monté dans
le grenier de leur château,  où il est resté oublié pendant plus d'un siècle, comme la Belle au Bois Dormant .
La Baronne Wilma von Boeselager l'y a retrouvé à la fin du 19ème siècle et en a un peu joué avant de le mettre
dans un coffre à la banque. Il est resté là jusqu'à 1990, quand il a été prêté à un premier violon de Zurich.
En 1995, Isabelle Faust en est devenue accros, voire en est tombée amoureux et a persuadé une banque de l'acheter pour elle.
De Belle au Bois Dormant il est devenu Prince Charmant !



Le "Chant du Cygne"  - 1737

Probablement le dernier violon fabriqué par Antonio Stradivari

LAmiral Kayserinov (1699), le Sergeï Shahovsky (1707), le Poliakin (1712), 
le Malakov (1713),
le Yousoupov (1736)
appartiennent à la collection d'État d'Urss.

Le  " Kreisler" -  1740
de Carlo Bergonzi 
(élève de Guarneri ou de Stradivari, les avis divergent)


Franz Kreisler a utilisé ce violon pendant une douzaine d'années, d'où son nom.
Le "Kreisler
" de Bergonzi est l'un des instruments Cremonais le mieux conservé, ayant son cou d'origine et
pratiquement tout son vernis. Aucune retouche, aucune fente significative et une tonalité magnifique.
Probablement le meilleur Bergonzi encore existant.
Il existe également un "Kreisler" de Guarneri del Gesu daté 1733.


Il y a aussi les violons "muets".
C'est le cas de ces magnifiques instruments qui se trouvent dans les musées.
Ils ne chantent que rarement, Parfois certains violonistes célèbres de passage
peuvent leur rendre vie quelques instants,  avant de les replonger dans un sommeil non mérité !
Il ne peuvent que rêver à la musique pour laquelle ils sont fait !

   
Musée Ford

    

dates de fabrication

 

 

 
mesure d'audience